La discographie de zéphir
commentée par la presse spécialisée.

« Mouvement de sable » en 1986   

Jean-Pierre Le Guen, Michel Le Guen, Jean-Luc Carminati,  Jonathan Handelsman.

LLCSI 18138(Dist.Media7,29,rue de Courbevoie, 92000 Nanterre).

 

Télérama:  Ce quartette s'est formé autour de ces deux excellents guitaristes, les frères Michel et Jean-Pierre Le Guen. Ils créent une musique sobre, sans fioriture, sans bavardage. Ce sont tous des jeunes musiciens inconnus que nous n'oublierons pas. 

                                                                               Jean Wagner

                                                                                                  

L’EVENEMENT DU JEUDI  Zéphir Quartet « Mouvement de sable »

Surtout ne vous arrêtez pas à la pochette pour le moins loupée, derrière se cache un groupe de jazz français qui  mérite l’attention. Autour des frères Le Guen, guitaristes solides et inspirés, s'est constitué un combo où le mariage saxophone lyrique et guitare classique sonne d'une façon exotique bien séduisante. On sent l'influence de la samba, des rythmes caraïbéens et de la musique sud-américaine. On pense Gato Barbieri, voire au Ornette Coleman d'avant la période free... C'est chaleureux et généreux.

        .                                                                                                                   Yann Plougastel

Jazz Hot Salon de la musique 1987:

Le groupe Zéphir inaugura cette série de concerts. Dirigé par les frères Le Guen, cette formation proposa une musique riche en écriture qui vaut l'écoute de leur premier album sorti récemment chez Média 7.

                                                                                                                     Pierre Cressant

            « Tamina » en 1994

Jean-Pierre Le Guen, Michel Le Guen, Jean-Luc Carminati, Didier Forget, Bobby Rangell, Vincent Mascart, Xavier Quérou, Pascal Gaubert, Christophe Dutray, Georges Beckrich, Peter Volpe, Jean Marc Welch, José Palomo, Gilles Bioteau, Jean-Jérome Sache.

 

Keyboard: Big Band Zéphir « Tamina »

» Jouer dans un big band représente un rêve pour de nombreux musiciens, mais les structures sont lourdes, le nombre de personnes a geler est souvent dissuasif, surtout au niveau salaire, et de plus, il faut, comme on dit, assurer... Le Big Band Zephir, résidant en Essonne, a réussi ce tour de force d'exister depuis quatre ans sous l'égide de Jean-Pierre Le Guen, et de publier un CD « Tamina » où Zephir y déchaîne la tempête avec une mise en place exemplaire. On y remarquera l'excellent pianiste / synthésiste Jean-Jérôme Sache. Cet orchestre, composé de jeunes musiciens, étayés par des professionnels comme Bobby Rangell et  Larry  Gillespie, joue un répertoire moderne et original écrit par Michel et Jean-Pierre Le Guen et arrangé par Denis Bioteau.

                                                                              Alain Mangenot

 

« Hier en écoutant la pluie » en 1999

 Jean-Pierre Le Guen, Olivier Rivaux,

Jean-Luc Carminati, Didier Forget.

« Septembre à Paimpol » en 2001

 Jean-Pierre Le Guen, Olivier Rivaux, Jean-Luc Carminati, Didier Forget

Ecouter quelques extraits de cet album

Jazz Hot Supplément juillet-août 2003, Zéphyr Quartet  «Septembre à Paimpol»  

Quelques pas sur un fil, Septembre à Paimpol, L’une et l’autre, Hier en écoutant la pluie, Esquisse, Sombre Histoire, Au-delà, Deux mi-avril Jean-Pierre Le Guen (g), Didier Forget (ss, as, ts), Jean-Luc Carminati (dm), Olivier Rivaux (b)

Enregistré à Yerres, date non précisée Autoproduit (Tél. 01 69 04 46 81)

Le Zéphyr Quartet porte bien son nom : sa musique est aérienne, comme portée par la bise du large. Plusieurs facteurs pour expliquer le phénomène. D’abord, basse-batterie-guitare plus saxophone, logique, pas de mousquetaires sans d’Artagnan : un pour tous, tous pour un. Et il faut de la cohésion pour pouvoir tisser comme ils le font des atmosphères au titre évocateur («Quelques pas sur un fil», «Au-delà»), qui laissent le champ libre aux improvisations du saxophoniste Didier Forget. Ensuite, le son de guitare methenyen scoffieldien de Jean-Pierre Le Guen. Avec parfois l’apport d’un complice, le compositeur signe ici huit belles mélodies, qui prennent le temps de s’installer au creux de l’oreille. Par exemple, «Hier en écoutant la pluie», jazz waltz trompeuse qui tourne au 12/8, alias le «strip tempo» (tempo dit «de striptease»). Enfin, facétieux à ses heures, le quartette sait aussi ce que gravité veut dire, comme en témoigne le solo tout en retenue du batteur Jean-Luc Carminati sur «Esquisse». Tout cela est soutenu de main de maître par la contrebasse d’Olivier Rivaux. Le charme de Septembre à Paimpol opère un peu comme celui d’un album de vacances. D’ailleurs, il s’agit bien d’une affaire de famille, puisque pas moins de trois Le Guen, outre Jean-Pierre, auront contribué à sa réalisation. Résultat : un autoproduit de grande qualité, à l’enregistrement impeccable (dommage que la date ne soit pas indiquée !), qui n’est pas sans rappeler l’amplitude caractéristique du son ECM. Moralité : vivent les talents locaux !

                                                                                                   Thomas Marcuola

« Au gré du vent » en 2006
Jean-Pierre Le Guen, Jean-Luc Carminati, Yoram Rosilio, Stéphane Thomas, Thomas Puybasset,  Olivier Laisney, John Knight

Culture jazz  Article du 7 mars 2007, Brèves musicales de Jacques Chesnel

L'association Zéphir présente le Zéphyr Quartet+3, formation réunie autour du guitariste et compositeur Jean-Pierre Le Guen pour un voyage au gré du vent dans l'esprit du groupe Oregon (Ralph Towner, Colin Walcott, Glen Moore et Paul Mc Candlless, groupe ayant enregistré chez ECM), ce qui pour certains n'est pas un mince compliment. Musique aérienne, ballade et flânerie au bord de la vague d'une mer calme. Mentions spéciales au leader et au Flûtiste Stéphane Thomas.
Jacques Chesnel

On notera la présence du jeune trompettiste Olivier Laisney au sein du Quartet Zéphyr (un des trois du"+3"!). Un des rares musiciens professionnels issus de la scène coutançaise!
Curieusement, si la ville de Coutances peut s'enorgueillir du succès de son festival de jazz (Jazz sous les pommiers), la formation des "jeunes pousses"n'aura pas été significative jusqu'à ce jour... à une exception près!
Thierry Giard

Retour à la page d'accueil